LCR

Ligue Contre-Révolutionnaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 APRÈS LE COMMUNISME,

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Faucon Rouge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 107
Age : 42
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: APRÈS LE COMMUNISME,   Ven 3 Nov - 3:03


Par Michael Parenti,
professeur aux États-Unis


Le texte qui suit est une
traduction d'un article publié une première fois dans la revue américaine«Covert
Action Quarterly» (numéro 72, printemps 2002).



Cette réflexion qui
s’adressait au départ aux milieux progressistes aux États-Unis, vise d’abord
et avant tout à remettre en cause certains dogmes qui demeurent encore très
forts au sein des forces de gauche, y compris chez nous. C’est un texte qui,
conséquemment, a toute sa pertinence dans les débats ici même, dans notre
pays.



En plus d’avoir jusqu’ici
publié de nombreux articles dans différentes revues de gauche, Michael
Parenti a aussi écrit plusieurs livres dont : «The Terrorism Trap» (éditions
City Lights), «To kill a Nation: the Attack on Yugoslavia» (éd. Verso) et
“History as a Mystery” (ed. City Lights). La traduction du texte ci-dessous
est de nous.



***


Nous avons beaucoup
entendu parler d'«effondrement» de l’Union soviétique au cours des dernières
années alors que la véritable menace aujourd’hui réside dans les nombreux
reculs sociaux que nous subissons un peu partout. À travers le monde, sous
la conduite de ceux qui ont le pouvoir à Washington, les dirigeants
conservateurs visent à éliminer nos conquêtes démocratiques et nos services
publics, et à réduire le niveau de vie des gens à l’échelle de toute la
planète.


Dans un contexte où
l’anti-communisme est encore bien à la mode, il est de bon ton de se
démarquer de ce que fut le « démon » soviétique. Pendant des décennies, des
intellectuels ont combattu le fantôme de Joseph Staline, multipliant les
allusions contre les hordes de "doctrinaires" marxistes-léninistes, autant
chez nous qu’à l’étranger.


Lors de la chute des
gouvernements socialistes en Union soviétique et en Europe de l'Est, les
cercles dirigeants des États-Unis se sont bien sûr réjouis de ces
événements; il en fut également de même de certains secteurs qui se
déclaraient pourtant de gauche. Cette chute ouvrait, selon ces gens qui se
disaient de gauche, de nouvelles possibilités, un véritable renouveau. Ainsi
délivrés pour toujours de l'infamie du "stalinisme", ces gens prétendaient
que les forces de gauche pourraient enfin gagner en légitimité et en
influence. Emballés par cette idée, ils semblaient ne pas se rendre compte
du fait que la destruction du socialisme avait en fait déplacé le centre de
gravité politique vers des orientations radicalement réactionnaires.


Plusieurs d'entre nous
ont refusé de se joindre à ce mouvement qui regroupaient aussi bien des
libéraux, des conservateurs et des réactionnaires de tout acabit, que des
libertaires et des gauchistes qui semblaient alors tous et toutes saluer le
retour de la "démocratie" du capitalisme monopoliste en Europe de l'Est. À
l’époque, nous avions plutôt peur que cette chute devienne en fait une
défaite historique pour les peuples du monde. Aujourd’hui, nous pouvons déjà
voir que les fléaux que les communistes et leurs alliés avaient jusqu'alors
repoussé se développent maintenant plus que jamais et prennent le dessus.


Le vingtième siècle a
été, d'une certaine façon, une période de repli du Grand Capital. En 1900,
les États-Unis et la plupart des autres pays capitalistes étaient semblables
à ce que nous définissons aujourd'hui comme le "tiers monde". Les nations
industrialisées se caractérisaient par une pauvreté généralisée, des taux
élevés de chômage, de très bas salaires, l’utilisation à large échelle de la
main-d'œuvre infantile, des journée de travail de 12 heures et des semaines
de travail de six ou de sept jours, et une malnutrition et des maladies dues
à la pauvreté et très répandues, telles que la tuberculose et la typhoïde.
De plus, il n'y avait pas de services publics, pas de règlements de sécurité
au travail, pas de normes de protection du consommateur, pas de mesures de
protection de l'environnement. Ce n'est qu'au terme de décennies de luttes,
surtout au cours des années 30 puis, de nouveau, après la Deuxième Guerre
mondiale, que des progrès radicaux dans les conditions des travailleurs et
des travailleuses ont pu être réalisés.


L'un des facteurs qui
aida alors les travailleurs et les travailleuses à arracher des concessions,
était la « menace communiste ». Les leaders occidentaux, forcés de rivaliser
avec les nations socialistes pour obtenir l'appui du peuple dans leur propre
pays, n’avaient pas le choix sinon que de réduire les mauvais traitements
qu'ils avaient jusqu'alors imposé aux masses laborieuses. Cela entraîna
alors la mise en place de contrats sociaux. Malgré des luttes souvent très
dures et certaines défaites, les travailleurs et les travailleuses purent
ainsi obtenir des gains majeurs en matière de salaires, d'avantages sociaux
et de services publics.


Aux États-Unis, vers la
fin des années 40 et au cours des années 50, la classe dirigeante des
États-Unis mit vraiment les bouchées doubles pour prouver aux travailleurs
et aux travailleuses vivant sous le capitalisme que leur niveau de vie était
plus élevé que celui de leurs confrères et consœurs vivant sous "le joug
communiste". La bourgeoisie brandissait des statistiques visant à prouver
que les prolétaires soviétiques devaient travailler beaucoup plus d'heures
que nos travailleurs pour acheter les différents biens de consommation.
Leurs comparaisons ne mentionnaient pas, cependant, les soins de santé, le
logement, l'éducation, les transports et les autres services relativement
coûteux dans les pays capitalistes mais considérablement subventionnés dans
les pays socialistes. En fait, les gains réalisés par les travailleurs et
les travailleuses de l'Occident découlaient pour une bonne part de la
compétition mondiale qui existait alors entre le capitalisme et le
communisme.


Cette compétition a
également contribué à la lutte pour les droits civils. Au cours des années
50 et 60, alors que les leaders US rivalisaient avec Moscou pour gagner les
cœurs et les esprits des non-blancs d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine,
l'idée comme quoi il était crucial de se débarrasser de la discrimination
raciale et de permettre l'égalité aux personnes de couleur aux États-Unis
était aussi dans bien des esprits. Nombre d'arguments opposés à la
ségrégation raciale étaient basés sur la rhétorique opportuniste suivante :
l'égalité raciale est nécessaire, pas pour promouvoir la justice mais pour
améliorer l'image des États-Unis pendant la Guerre froide.


Avec le renversement du
socialisme survenu entre 1989 et 1991, il semblait que le capitalisme des
entreprises transnationales avait maintenant obtenu le contrôle mondial.
Mais très rapidement, les publications conservatrices ont commencé à se
plaindre avec impatience, disant plus ou moins ceci : «Si le socialisme a
reculé partout devant le libre marché, pourquoi alors n'a-t-il pas reculé
ici-même, aux États-Unis? Pourquoi devons-nous continuer à tolérer toutes
sortes de règlements et de programmes sociaux?» En 1992, il était devenu
clair pour nombre de conservateurs que le moment était venu d'en finir avec
la modération et de montrer à la classe ouvrière de quel bois ils se
chauffaient. La compétition pour gagner les cœurs et les esprits du peuple
était terminée. Le Grand Capital, ayant obtenu la victoire totale, affirmait
maintenant la nécessité d’opérer un retour en arrière, aussi bien ici qu’à
l'étranger. Il n'était plus question de négocier, ni avec les cols bleus, ni
les cols blancs, ou même les professionnels.


Tout au long de
l'histoire, les classes dirigeantes ont toujours visé l'objectif de tout
contrôler. Terres de choix, forêts, faune, bétail, récoltes, gisements et
métaux précieux de la terre. Biens, richesses et revenus importants. Moyens
de production, innovations profitables et technologies. Toute la plus value
produite par la force de travail humaine. Tous les postes de contrôle de
l'État et des autres grandes institutions. Tous les types d'aide publique,
de subventions, de privilèges et d'immunités. Tous les droits et les
protections prévus par les législations sans avoir aucun compte à rendre à
personne ni avoir aucune contrainte. Tous les services, avantages, luxes et
privilèges de la société civile sans avoir à payer aucune des taxes et des
dépenses de celle-ci. Les classes dirigeantes n'ont toujours voulu qu'une
chose : toutes les récompenses et aucun fardeau.


Au lieu de chercher à
réduire le chômage, comme ils l'avaient fait pendant la Guerre froide, les
ploutocrates qui dirigent le pays cherchent aujourd'hui à maintenir le taux
de chômage assez élevé pour affaiblir les syndicats, réprimer les
travailleurs et maximiser les profits. Nous assistons en fait à la
tiers-mondialisation des États-Unis et à la dégradation d'une population
relativement prospère jusqu’ici. Les hautes sphères des entreprises ne
voient pas pourquoi des millions de travailleurs et de travailleuses
devraient avoir un niveau de vie comparable à celui de classe moyenne,
comprenant la propriété d'une maison, des .économies et un emploi assuré à
long terme. Ils ne voient pas non plus pourquoi la classe moyenne elle-même
devrait être aussi étendue qu'elle l'est actuellement.


Selon les bien nantis, le
peuple doit travailler plus fort ("maximaliser la productivité") et modérer
ses attentes; plus les travailleurs gagnent et plus ils en demandent.
D’après eux, si nous suivons cette voie, nous pourrions en arriver à une
démocratie sociale ou pire. Il est temps de revenir aux normes du
dix-neuvième siècle, semblables à celles qui prévalent actuellement à
travers le tiers monde, et à celles des États-Unis des années 1900. Les
caractéristiques correspondant à ces normes sont les suivantes : une
population non-syndiquée, des salaires ne permettant que la survie,
l'absence d'avantages sociaux, de protection et de congés; une masse de
chômeurs et de pauvres plongés dans le désespoir, servant concurrence pour
faire baisser les salaires et de bouc émissaires pour le défoulement des
personnes se trouvant un peu au-dessus d'eux; une classe moyenne réduite,
qui va en diminuant et se maintient de peine et de misère; et une classe
possédante minuscule en nombre, scandaleusement riche, ne payant pas
d'impôts et propriétaire de tout.


La déréglementation, les
privatisations et les reculs sociaux sont à l'ordre du jour. Le "capitalisme
au visage humain" est devenu un «capitalisme en plein dans le visage». Alors
que les commentateurs annoncent "la fin de la lutte de classe" et même "la
fin de l'histoire", les élites politiques et économiques poursuivent en fait
la lutte de classe avec plus d'acharnement que jamais.


Le renversement de
l'Union soviétique a permis à la seule superpuissance restant au monde de
poursuivre à sa guise sa diplomatie de violence et l'imposition de ses
diktats. Au cours de la dernière décennie seulement, la violence déployée
par les États-Unis sur le plan international a été supérieure à tous ce qui
a pu être attribué à un pays socialiste. Les forces militaires US et les
forces mercenaires sous leur commandement ont assouvi la vengeance des USA
en semant massivement la mort et la destruction en Iraq, au Mozambique, en
Angola, au Nicaragua, au Salvador, au Guatemala, au Timor oriental, en Libye
et dans d'autres pays. En quelques mois seulement, le président Clinton a
bombardé quatre pays : le Soudan, l'Afghanistan, l'Iraq à plusieurs reprises
et la Yougoslavie massivement. Simultanément les services de sécurité
nationale des USA étaient impliqués dans des guerres menées par procuration
en Angola, au Mexique (Chiapas), en Colombie, dans le Timor oriental et dans
plusieurs autres endroits. Les forces militaires US occupaient en même temps
la Macédoine, la Bosnie, le Kosovo et l'Afghanistan, et étaient déployées
partout à travers le monde à partir de quelque 300 bases principales situées
à l'étranger, toujours au nom de la paix, de la démocratie, de la sécurité
nationale, de la lutte contre le terrorisme et de l'humanitarisme.


L’arrogance et la
brutalité avec laquelle les États-Unis ont exécuté leur interventions à
l’étranger, au cours des années 1990 et au début des années 2000 est une
conséquence directe de la disparition de l’URSS. Les États-Unis n'avaient
pas pu réaliser leur rêve d'établir leur hégémonie mondiale à cause des
contraintes opposées par l’URSS. Mais aujourd'hui, les personnes qui
élaborent les politiques à Washington et au sein des comités de réflexion ("think
tanks") universitaires à travers le pays déclarent que les États-Unis, grâce
à leur puissance militaire et économique imbattables, ont une occasion
historique sans précédent d'établir un état de domination mondiale. Le
nationalisme économique du tiers monde n'est plus toléré au sein du Nouvel
ordre mondial. Le "leadership" US peut maintenant supprimer toutes les
barrières qui s'opposent à la réorganisation de l'économie globale selon les
principes du marché tel qu'ils sont interprétés et dominés par les
entreprises transnationales géantes.


Face à cette situation,
il est peut-être temps que certaines personnalités de la gauche mettent de
côté leur anticommunisme, reconnaissent l'ampleur des pertes dues à
l'effondrement du socialisme en Europe de l'Est et se préparent aux
véritables dangers que nous devrons affronter. Les chances de survie pour
des centaines de millions de personnes à travers le monde ont été gravement
et irréparablement affectées.


Il est temps de voir que
notre ennemi réel et urgent n'est pas Staline (qui, soit dit en passant, est
mort) mais bien les leaders "démocratiques" de l'Occident qui ont organisé
la plus cruelle arnaque de l'histoire, établissant de façon concertée des
politiques prédatrices, créant un monde qui assure aux entreprises la
liberté totale de maximiser leurs profits sans tenir compte des vies
humaines et de l'environnement.


La chute du socialisme
nous a conduit à un recul social majeur, à travers la planète. Cela a permis
à une poignée de riches de devenir encore plus riches tandis que les
pauvres, qui forment la majorité, devenaient encore plus pauvres. C’est
l'imposition de l'impuissance par les puissants. Lutter pour mettre fin à
une telle situation est incompatible avec le maintien d’un discours fondé
sur la collaboration de classe et l'anticommunisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
APRÈS LE COMMUNISME,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Devenir maman aprés 40 ans
» Ambroisie (Ambrosia)
» Fausse couche, je culpabilise
» La douleur
» Comment se préparer au passage d'un cyclone, typhon, ouragan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LCR :: Les doctrines pour les nuls :: Le communisme-
Sauter vers: