LCR

Ligue Contre-Révolutionnaire
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le livre noir du communisme

Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 192
Age : 67
Localisation : Patagonie
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Le livre noir du communisme   Sam 16 Sep - 2:33

Exclamation

L'Express du 06/11/1997

Le bilan des crimes communistes dans le monde
par Eric Conan

De l'URSS au Cambodge, en passant par la Chine et la Corée du Nord, la terreur rouge a fait près de 85 millions de morts. Pour la première fois, et non sans polémique, des historiens écrivent Le Livre noir du communisme

La terreur conçue comme un « mode de gouvernement »

Le Livre noir du communisme aurait dû être préfacé par François Furet, disparu en juillet dernier. Il considérait cette somme comme le complément de son best-seller Le Passé d'une illusion, dans lequel il s'interrogeait sur cette passion politique qui a poussé tant d'hommes à commettre tant de massacres avant, bien souvent, d'être broyés par le système qu'ils avaient servi. Peut-être la présence du grand historien aurait-elle évité à cette entreprise inédite de se terminer dans la confusion: au terme de trois ans de travail, l'éditeur a réussi à faire paraître le livre pour ce 80e anniversaire d'octobre 1917, mais ses auteurs, divisés, ne s'adressent plus la parole, anticipant les polémiques qui ne vont pas manquer de surgir. Car c'est à une autre mémoire, celle-ci encore taboue, que s'attaque Le Livre noir, en proposant le premier bilan, à l'échelle mondiale, des crimes commis par les régimes communistes. Comptabilité terrifiante: les diverses tentatives de construction de « l'homme nouveau » ont provoqué, de par le monde, la mort de 65 à 85 millions de personnes.

Sous la direction de Stéphane Courtois, une dizaine d'historiens se sont réparti la tâche selon leurs compétences régionales. La contribution de Nicolas Werth sur l'URSS, qui occupe près du tiers de l'ouvrage, constitue un apport décisif à l'histoire de la répression soviétique. Russophone, bon connaisseur des archives locales et des travaux de la nouvelle génération d'historiens russes, Nicolas Werth a réalisé une synthèse accablante sur des méthodes qui servirent de modèle dans le monde entier. A partir des archives de la période 1917-1921, il montre que l'exercice de la « terreur comme mode de gouvernement » fut conçu bien avant le déclenchement de la guerre civile et n'en fut donc pas une conséquence : l'impulsion criminelle, très précoce, revient à Lénine. Staline ne fit que reprendre l'héritage d'une dictature livrant une guerre à toute la société.

Le bilan soviétique (environ 15 millions de morts) fut largement dépassé par la Chine de Mao. Jean-Louis Margolin estime que la fourchette des victimes oscille entre 45 et 72 millions de morts. Le maoïsme ajoute cette particularité d'avoir voulu « rééduquer une société tout entière ». Mais la palme de la folie meurtrière revient aux Khmers rouges, qui ont éliminé, de 1975 à 1979, entre 1,3 et 2,3 millions de personnes sur une popu-lation de 7,5 millions de Cambodgiens. L'addition entreprise par Le Livre noir se poursuit avec l'Europe de l'Est (Karel Bartosek), la Corée du Nord (Pierre Rigoulot), l'Afrique (Yves Santamaria), l'Amérique latine (Pascal Fontaine). Sans oublier le Komintern (Jean-Louis Panné et Stéphane Courtois), structure internationale paramilitaire dirigée par Moscou et qui, au cours de la guerre d'Espagne, assassina quantité de membres des Brigades internationales qui n'étaient pas « dans la ligne ».

Les auteurs du Livre noir ne se sont pas divisés sur le problème de la minimisation dont ces crimes continuent de faire l'objet en Occident, et particulièrement en France. « Les crimes du communisme n'ont pas été soumis à une évaluation légitime et normale, tant du point de vue historique que du point de vue moral », précise à juste titre Stéphane Courtois. Les exemples ne manquent pas: ainsi, l'été dernier, un charnier de 9.000 victimes de Staline a été découvert dans une forêt de Carélie. La presse française n'en a soufflé mot. Les historiens ne se sont pas divisés non plus à propos de l'usage que le Front national, qui réclame un « Nuremberg du communisme », ne manquerait pas de faire de leurs travaux. Pour la plupart anciens communistes, maoïstes ou trotskistes, les auteurs du Livre noir, qui s'affirment toujours de gauche, s'accordent avec Stéphane Courtois pour « ne pas laisser à une extrême droite de plus en plus présente le privilège de dire la vérité : c'est au nom des valeurs démocratiques, et non des idéaux national-fascistes, que l'on doit analyser et condamner les crimes du communisme ».

Le crime contre l'humanité

Leur conflit est plus profond. Et plus intéressant. Il porte sur l'interprétation de la notion de « crimes ». S'agit-il de « crimes communistes » ou de « crimes du communisme » ? Peut-on parler de « crimes contre l'humanité » ? La rédaction initiale, par Stéphane Courtois, de l'introduction et de la conclusion a provoqué la colère de Werth, de Margolin et de Bartosek, rédacteurs des chapitres essentiels. Le conflit a été violent : rétention de manuscrits, échanges d'avocats, sommations d'huissiers, menaces de procès...

Stéphane Courtois a beaucoup modifié ses textes, mais le contenu de l'ouvrage reflète encore ces polémiques. Des textes purement historiques, avec tous les scrupules scientifiques d'usage (celui de Nicolas Werth sur l'URSS en offre un modèle), côtoient des analyses critiques ou qui plaident même pour la pénalisation des crimes évoqués. Dans un texte qui n'est plus une conclusion - « Pourquoi ? » - Stéphane Courtois s'interroge sur le mystère qui a entraîné des militants engagés dans une « logique de combat politique vers une logique d'exclusion, puis vers une logique éliminationniste et, enfin, exterminationniste de tous les éléments impurs. Au bout de cette logique, il y a le crime contre l'humanité ». Tous les termes du débat sont ainsi résumés. Les crimes en cause, massifs, figurent parmi les sommets de l'horreur de ce siècle, mais peut-on dire pour autant que le « crime de masse » constitue le dénominateur commun, voire l'essence, du communisme ? L'absence de liberté et la répression quotidienne semblent être des critères du communisme plus universels que le « crime de masse », absent de nombreux Etats.

Quant à l'application de la notion de crime contre l'humanité, la discussion apparaît biaisée par la volonté de faire entrer à tout prix les crimes du communisme dans la définition de Nuremberg. Ils n'ont pas été jugés, et Stéphane Courtois voudrait qu'ils le soient : « La mort de faim d'un enfant de koulak ukrainien délibérément acculé à la famine par le régime stalinien “vaut” la mort de faim d'un enfant juif du ghetto de Varsovie acculé à la famine par le régime nazi. » Voilà donc l'autre sujet de controverse : la comparaison avec les crimes du nazisme, déjà esquissée par François Furet. « Le remodelage de ces deux sociétés fut envisagé de la même manière, même si les critères d'exclusion n'étaient pas les mêmes », écrit Stéphane Courtois. Cette comparaison est légitime, mais doit être menée avec circonspection. Elle doit consister à rapprocher - parce que les dégâts humains rivalisent dans l'horreur - mais aussi à distinguer. Les projets se présentent différemment : idéologie rationaliste et universaliste, d'un côté ; révolution fondée sur l'exaltation de l'instinct et de la race au profit d'un seul peuple, de l'autre. Mais il ne fait pas de doute que les cas d'élimination, en URSS, de certaines couches sociales (y compris femmes et enfants) en tant que classe héréditaire ne le cèdent en rien aux crimes nazis. De même, il semble légitime de parler de « génocide » à propos des Khmers rouges.

Entre les deux totalitarismes

Cependant, cette volonté d'équivalence sémantique n'est-elle pas historiquement réductrice ? Car, si l'on peut discuter sans fin sur la comparaison entre nazisme et communisme et sur l'ampleur respective des malheurs qu'ils ont provoqués (25 millions de victimes en douze ans de nazisme ; plus de 65 millions en quatre-vingts ans de communisme), leur assimilation n'est pas possible. Et ce d'autant moins que le nazisme possède une caractéristique unique : le déni d'humanité que constitue l'entreprise de destruction intégrale de populations. Singularité à laquelle se rattachent d'autres pratiques qui n'ont pas d'équivalent dans les régimes communistes : la stérilisation de masse, l'assassinat des handicapés et malades mentaux, les expériences scientifiques mortelles sur des cobayes humains.

Une différence entre ces deux totalitarismes sanglants apparaît en revanche illégitime : leur inégale condamnation en Europe de l'Ouest. Plusieurs raisons objectives expliquent cette asymétrie : nous n'avons pas connu l'expérience d'une occupation soviétique, l'URSS a participé avec les Alliés à la chute du nazisme et les militants communistes ont lutté, à partir de juin 1941, aux côtés des Résistances européennes. Ajoutons l'attachement frivole à l'idée de révolution, qu'avait bien diagnostiqué François Furet et que vient d'illustrer la récente « Guevaramania », alors que le « Che », qui brassait camps de travail et pelotons d'exécution, n'était pas un héros de Disneyland.

Beaucoup de militants et d'intellectuels ont chanté les mérites de Staline et de Mao. Beaucoup avancent qu'ils « ne savaient pas ». Ignorance complice et aveuglement coupable : dans les années 50 et 60, les crimes devenaient incontestables. Un intellectuel communiste, agrégé d'histoire, pouvait encore écrire, en 1978, que le pouvoir léniniste « a été sans doute un des gouvernements révolutionnaires de l'Histoire qui s'est le plus appliqué à ménager les vies » et dont les premières années « ont fait faire de manière irréversible à la société russe un bond en avant considérable sur le plan des libertés réelles et formelles ».

Aujourd'hui, plus personne ne défend le stalinisme, le maoïsme, ni cette « cruauté nécessaire » dont brillaient « les yeux bleus de la Révolution » (Aragon). Le PCF, ses compagnons de route et les anciens gauchistes ont rompu avec leur passé. Mais sans y réfléchir. Ni s'expliquer. En cette saison de repentances, il y a, de ce côté-là, des occasions qui se perdent.

Documents extraits de Le Livre noir du communisme ; crimes, terreurs, répressions, par Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Packowski, Karel Bartosek et Jean-Louis Margolin. Robert Laffont.

Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtrotskiagora.fr-bb.com
Dude

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77
Age : 43
Localisation : je vous regarde par la fenêtre en ce moment
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 21 Oct - 3:58

En 1996, le "livre noir du communisme" fit un tabac en établissant le bilan de la plus grande utopie du 20e siècle :
100 millions de morts

Pour faire bonne mesure, que dirait la compta des morts du capitalisme ?

La voici, par ordre chronologique (de la Traite des Noirs à la 1ère guerre du Golfe.) :

  • Traite des noirs aux 17e et 18e siècles : 10 000 000
  • Liquidation des indiens d'Amérique de 1500 à 1860 : 70 000 000
  • Guerre de crimée : 252 000
  • (Fr et Gb contre Russie) en 1854 dont
    Russes : 100 000
    Français : 93 000
    Anglais : 22 000
    Trucs : 35 000
    piémontais : 2 000
  • Guerre de Sécession américaine 1860-1865 : 617 000
  • Guerre de 1870 (Fr. contre Allemands) : 220 000
  • Ecrasement de la Commune de Paris en 1871 : 20 000
  • Colonisation de l'Algérie, par les Fr. en 1840 : 10 000
  • Colonisation de l'Afrique, par les Fr au 19e siècle : 112 000
  • Colonisation du Congo, par les Belges au 19e siècle : 1 000 000
  • Guerre Etats-Unis - Espagne en 1898 : 100 000
  • Guerre des Boers en Afrique du Sud en 1900 : 57 000
    dont Boers : 35 000
    Anglais : 22 000
  • Guerre 1914-1918 : 10 000 000
  • Guerre d'Espagne 1936-1939 : 410 000
  • Guerre 1939-1945 : 50 000 000
  • Répression de l'armée fr, à Madagascar en 1948 : 80 000
  • Guerre d'Algérie : 380 000
    Dont algériens : 350 000
    Fr : 30 000
  • Guerre d'indépendance du Vietnam : 3 107 000
    dont
    * contre les fr
    Vietminh : 500 000
    Fr : 100 000
    Civils : 1 000 000
    * contre les américains
    Vietcong et nord vietnamiens : 750 000
    Américains : 57 000
    Sudistes : 200 000
    Civils : 500 000
  • Répression anti-communiste en Indonésie en 1965 : 500 000
  • Répression mai 68 en France : 4
  • Massacre d'étudiant à mexico avt J.O. de 1968 : 400
  • Guerre de Biafra 1966-1969 : 1 000 000
  • Dictature au Chili 1973-1990 : 3167
  • Dictature en Argentine 1976-1982 : 30 000
  • Escadrond de la mort : 50 000
  • Guatemala et Slavador 1975 - 2000
    guerre des malouines : 1005
    Angleterre-Argentine en 1982
  • Usine explosée à Bhopal (Inde) en 1984 : 2900
  • Guerre du Golfe en 1991 : 160 022
    dont Irakiens : 160 000
    Alliés : 22

Total : 147 387 051

Cette comptabilité n'inclut pas :
- les millions de morts de faim du tiers-monde (même si la communauté européenne détruit des stocks de nourriture)
- dans le tiers-monde, les morts de misère et la criminalité induits par les "mesures de redressement" du front Monétaire International (pas de chiffres)
- Les morts explosés sur les mines fabriqués par des industries occidentales (toutes les armées posent des mines)
- Les 100 000 morts et plus de la guerre civile colombienne qui dure depuis 1948
(il s'agit d'affrontements locaux n'ayant rien à voir avec le capitalisme,
ce qui reste d'ailleurs à démontrer).
- Les dizaines de milliers de morts de la révolution française, révolution bourgeoise par excellence, parce qu'il faut bien des morts pour l'évolution.
- Les millions de morts des guerres de Napoléon
(folie mégalomanique d'un Corse fou n'ayant rien à voir avec le capitalisme, ce qui reste d'ailleurs à démontrer).
- Les millions de morts de la partition de l'Inde en 1947, en admettant qu'il s'agisse exclusivement d'une affaire religieuse (hindouistes contre musulmans) et non pas d'une manip de l'empire britanique, ce qui reste à démontrer.
- Ni les 800 000 morts de la guerre irak-Iran de 1980 à 1988, guerre religieuse et nationaliste, en admettant que les interets pétroliers n'y soient pour rien, ce qui reste à démontrer.
- Ni la guerre Israel-Arabes, guerre religieuse et nationaliste, en admettant que le capitalisme n'y soit pour rien.
- Ni les morts de la guerre civile en irlande de 1920 à nos jours, pour la même raison

et n'oublions pas :
- le million de morts de la révolution mexicaine de 1911, révolte paysanne.
- Les millions de morts (chaque année) du paludisme, de la maladie du sommeil et du sida en Afrique et ailleurs, évitables si les laboratoires pharmaceutiques occidentaux distribuaient gratuitement les vaccins et traitements au lieu de les faire payer cher à des malades qui n'ont pas les moyens.
- Les centaines de milliers de morts (dans le monde et par an) en bagnole à cause des moteurs non-bridés par des industriels irresponsables,
parce que les accidents de voiture ont souvent plusieurs causes inextricablement mêlées.
- La dure décolonisation hollandaise en Indonésie en 1947, et les guerres de décolonisation des portugais en afrique de 1964), 1974 (angola, mozambique, Guinée Bissau, parce que les chiffres manquent : "Plusieurs dizaines de milliers de tués".
- Pour la même raison, les morts de la guerre russo-japonaise de 1905 :
"Plusieurs dizaines de milliers de tués".
- Pour les mêmes raisons, les victimes des atrocités japonaises en Chine de 1931 à 1941 : "Plusieurs centaines de milliers de tués".
- Ni les morts dus à la crise de 1929 : on ignore le nombre des suicides.
- Ni la guerre de Corée de 1950 à 1953, parce qu'elle est déclenchée par le Nord.

En revanche, nous sommes tous disposés à y rajouter les 100 millions de morts du "communisme",
pour 2 raisons :</SPAN>
1/ le communisme est directement issu de la guerre de 14-18, guerre capitaliste par excellence.
2/ le communisme n'a jamais existé : ce qui s'est passé en URSS et en Chine fut en réalité du capitalisme d'Etat.

ce qui ferait un total définitif de :

147 387 051 + 100 000 000
=
247 387 051 morts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 192
Age : 67
Localisation : Patagonie
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 21 Oct - 10:33

Question
Dude,
Avec cette comptabilité macabre où tu mélanges allègrement tout et n'importe quoi, qu'est-ce que tu veux démontrer ?
Que la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible ? Nous le savons !
Que les hommes sont d'affreux pécheurs qui ont toutes les peines du monde pour appliquer le message du Christ "Aimez-vous les uns les autres" et "Aimez votre prochain comme vous-même" ? Nous le savons aussi !
Maintenant, avant de coller les turpitudes des hommes sur un concept abstrait que tu appelles "capitalisme", ne crois-tu pas nécessaire de définir précisément ce que veut dire "capitalisme" ?
Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtrotskiagora.fr-bb.com
Dude

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77
Age : 43
Localisation : je vous regarde par la fenêtre en ce moment
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 21 Oct - 17:13

Le capitalisme est un principe économique qui donne la chance uniquement aux plus riches. Ces riches peuvent tout se permettre et n'hésitent a pas a sacrifier des vies humaines et a en ruiner d'autres pour faire du profit...

Comme par exemple, l'union européenne a refusé de produire des médicaments bons marchés pour le continent africain, uniquement pour économiser de l'argent ou bien qu'est que tu fais des 10% de chômage en France? C'est sûrement pas de la magie, les PDG des usines ferment leur usines ici et vont les implanter dans d'autres pays comme la Pologne, la Roumanie ou la Chine pour avoir de la cheap labour. Et les américains qui ont tués plus de 500 000 irakiens, pour quel raison? Je crois pas que c'est pour libérer le peuple d'un dictateur fous, c'est plutôt pour avoir du pétrole, cette ressource tellement essentielleé... quand on a des alternatives aujourd'hui... vive le capitalisme et la compagnie.


Dernière édition par le Sam 21 Oct - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dude

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77
Age : 43
Localisation : je vous regarde par la fenêtre en ce moment
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 21 Oct - 17:14

Administrateur a écrit:
Question
Dude,
Avec cette comptabilité macabre où tu mélanges allègrement tout et n'importe quoi, qu'est-ce que tu veux démontrer ?
Que la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible ? Nous le savons !
Que les hommes sont d'affreux pécheurs qui ont toutes les peines du monde pour appliquer le message du Christ "Aimez-vous les uns les autres" et "Aimez votre prochain comme vous-même" ? Nous le savons aussi !
Maintenant, avant de coller les turpitudes des hommes sur un concept abstrait que tu appelles "capitalisme", ne crois-tu pas nécessaire de définir précisément ce que veut dire "capitalisme" ?
Idea

Je veux simplement démontrer que votre régime idéal est loin d'être mieux que celui des "méchants communistes"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eberhardt

avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 46
Localisation : Québec
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 21 Oct - 22:24

Le concept "abstrait" du capitalisme est plus concrêt que vous le pensez. Le capitalisme est peut-être abstrait parce que phénomène, mais ce même phénomène est observable, qualifiable et quantifiable. Si on le compare au phénomène religieux, qui repose sur des base non observables, qualifiables et quantifiables, il est beaucoup plus concrêt. En effet, comment peut-on accepter comme "vérité" des fables tels que celle qui reconte qu'un espèce d'oiseau ai forniqué avec une vierge cocofiante et accouchée, en demeurant vierge, d'un agneau qui devînt un roi dont aucun historiens de son époque ne fait état. Ça c'est abstrait! Le Capitalisme, lui, est bien présent. Les économistes le vénèrent, les socialistes le détestent, et l'extrème-droite le nient par leur ignorance...

Le capitalisme est, tous les jours, directement responsable du saccage d'éco-systèmes, du pillage de ressources dont nos enfants auront grand besoin et des conditions de vie misérables de nos semblables de partout dans le monde. La richesse crée par le développement du capitalisme, doit être distribuée et doit servir de base à l'avènement d'une nouvelle société basée sur le respect et l'égalité: pas l'égalité en droit totalement abstraite du libéralisme, mais l'égalité concrète de la condition humaine. Le capitalisme existe bel et bien, et le nier serait nier la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red
Admin


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Dim 22 Oct - 18:52

En parlant d'éco-systèmes, ça a bien été une cata dans les pays "libérés par le peuple".
C'est un désastre dans nombre de pays de l'ex-URSS par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eberhardt

avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 46
Localisation : Québec
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Dim 22 Oct - 19:27

Je suis parfaitement d'accord avec vous! Ces régimes ont dénaturés le socialisme par leurs abus. La preuve est qu'aujourd'hui la bureaucratie pseudo-communiste est très liée à la mafia russe. Toutefois, cela ne signifie pas qu'en revenant aux bases de ce système, il est impossible de créer un système basé sur la justice sociale. La déformation qu'a subie l'URSS a débutée par la prise du pouvoir par le "très sympatique" Staline... le plus grand traître face à la cause du socialisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red
Admin


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Dim 22 Oct - 19:31

Staline s'entendait bien avec Hitler. Ce n'est pas un secret, c'est une réalité. Il a fallu que leurs intérêts divergent pour que ça casse.

Mais, pour vous, quel pays représente, ou a représenté le communisme pur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eberhardt

avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 46
Localisation : Québec
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Dim 22 Oct - 19:37

Aucun. Le communisme est une phase utopique où aucun système politique n'existe; où l'argent et l'exploitation n'existent plus. C'est l'aboutissement ultime de l'humanité (pour les communistes bien sur...). C'est pourquoi aucun pays n'a été purement communiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack

avatar

Masculin
Nombre de messages : 72
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 23 Oct - 0:24

se que vous etes con, 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 192
Age : 67
Localisation : Patagonie
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 23 Oct - 2:38

Dude a écrit:
Le capitalisme est un principe économique qui donne la chance uniquement aux plus riches. Ces riches peuvent tout se permettre et n'hésitent a pas a sacrifier des vies humaines et a en ruiner d'autres pour faire du profit...
Comme par exemple, l'union européenne a refusé de produire des médicaments bons marchés pour le continent africain, uniquement pour économiser de l'argent ou bien qu'est que tu fais des 10% de chômage en France? C'est sûrement pas de la magie, les PDG des usines ferment leur usines ici et vont les implanter dans d'autres pays comme la Pologne, la Roumanie ou la Chine pour avoir de la cheap labour. Et les américains qui ont tués plus de 500 000 irakiens, pour quel raison? Je crois pas que c'est pour libérer le peuple d'un dictateur fous, c'est plutôt pour avoir du pétrole, cette ressource tellement essentielleé... quand on a des alternatives aujourd'hui... vive le capitalisme et la compagnie.
Je me doutais bien, Dude, que tu aurais du mal à me prouver que le capitalisme, tel que le sous-entend les idéologues des gauches, était une notion bien définie aux contours tout à fait nets. La première erreur est de considérer le capitalisme comme un "principe économique", là où il n'y a qu'un "outil économique". La monnaie, les marchandises, les services, les outils de production, la recherche, l'innovation, etc. sont autant de composants de la vie économique qui composent la nature des échanges et la loi qui la régit : le capitalisme. En cela, les gauches n'échappent pas à la nécessité capitalistique. Même si elle en nie le bien fondé, elle ne peut s'empêcher d'utiliser les même outils lorsqu'elle parvient au pouvoir. La seule chose qui la différentie du capitalisme libéral, c'est qu'elle prône un capitalisme d'Etat qui est plus vivieux que l'autre. L'URSS nous en a fait l'éclatante démonstration. Tu ne sembles pas avoir retenu les leçons de Frédéric Bastiat et de Friedrich Hayek. Dommage !
http://bastiat.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_Hayek
http://www.liberalia.com/

Eberhardt a écrit:
Aucun. Le communisme est une phase utopique où aucun système politique n'existe; où l'argent et l'exploitation n'existent plus. C'est l'aboutissement ultime de l'humanité (pour les communistes bien sur...). C'est pourquoi aucun pays n'a été purement communiste.
Je suis content de vous l'entendre dire. Le communisme est une doctrine utopique qui est incapable de tenir compte de la réalité humaine avec ses forces et ses faiblesses. Et ce, malgré sa cruelle tentative d'assassiner tous les opposants possibles et inimaginables. La coercition n'a jamais durablement pu contenir la liberté individuelle que recherche tout homme normalement constitué et doté d'un esprit responsable. Un homme libre comme je le suis, ne peux pas supporter un Etat omniprésent dans tous les secteurs de la vie. Un Etat qui prétendrait lui dire ce qui est bien et ce qui est mal. Un Etat qui infantilise les hommes en s'imposant comme un Etat providence absolu, est un Etat qui ne respecte pas les données fondamentales de la vie humaine que sont l'amour et la liberté. Or, un Etat n'est pas fait pour être aimé et n'est pas fait non plus pour laisser un maximum de liberté sans se trouver menacé sur ses bases. C'est pourquoi la solution ne peut absolument pas être le tout Etat des socialistes, mais le moins d'Etat possible que pratiquaient les rois et l'Eglise en vertu de la loi de subsidiarité. Voilà la réalité qui s'impose aux hommes en fonction de ce qu'ils sont, et ce qu'ils ont toujours été.

Idea


Dernière édition par le Lun 23 Oct - 3:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtrotskiagora.fr-bb.com
Eberhardt

avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 46
Localisation : Québec
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 23 Oct - 2:54

Avec les privilèges et la misère... Bel idéal! Pour Jack, bravo! Quel belle explication de votre point de vue; ça définie bien ce que vous êtes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 192
Age : 67
Localisation : Patagonie
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 23 Oct - 3:20

Eberhardt a écrit:
Avec les privilèges et la misère...
Justement, Parlons-en ! Comment définissez-vous la misère ? Où en trouvez-vous les causes intrinsèques ? Idem pour les privilèges. Comment se définissent-ils ? Où commencent-ils ? Quels en sont les effets ?
Voilà matière à débats en perspective.

Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtrotskiagora.fr-bb.com
MSPI

avatar

Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 27
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Mer 25 Oct - 23:52

Eberhardt a écrit:
Avec les privilèges et la misère... Bel idéal! Pour Jack, bravo! Quel belle explication de votre point de vue; ça définie bien ce que vous êtes...

stp! On est pas ici, pour créé une guerre entre le communiste et le capitaliste. Donc pourrais-tu arrêter de rabaisser se qui va devenir les hommes de demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thibault

avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 33
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Jeu 26 Oct - 14:41

Je pense que de Nombreuse personne de Ce forum sont pas capitaliste peut être Libéral car aimant la Liberté

Sinon peu de personnes du forum est internationaliste ou mondialiste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeunessespatriotiques27.hautetfort.com
Le Faucon Rouge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 107
Age : 43
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Jeu 26 Oct - 14:55

Waip MSPI pèse tes mots. Les libéraux ne sont pas nécessairement capitalistes. Mais peuvent être bourgeois sans avoir de gros capitals. Mais, je trouve pas qu'il est suffisament d'altermondialiste, la mondialisation est un fléau qui se tourne chez les deux types de sujets. Il a même des libéraux qui se tournent sur la question de la mondialisation. Enfin, c'est ce qui dise. Je ne fais qu'annoncé des sujets neutralement énoncé, je ne les protège pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MSPI

avatar

Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 27
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Ven 27 Oct - 2:27

dsl je ne voulais pas insinuer que un était l'autre je veux juste que sur se forum il est un climat de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Faucon Rouge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 107
Age : 43
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Ven 27 Oct - 2:41

Avec le fascisme, le monarchisme, il n'y a jamais de climats de paix, camarade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MSPI

avatar

Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 27
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Ven 27 Oct - 3:09

c'est ce qui est dommage dans un monde en guerre il n'a même pas de paix dans un petit regroupement de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 192
Age : 67
Localisation : Patagonie
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Ven 27 Oct - 20:40

MSPI a écrit:
Eberhardt a écrit:
Avec les privilèges et la misère... Bel idéal! Pour Jack, bravo! Quel belle explication de votre point de vue; ça définie bien ce que vous êtes...
stp! On est pas ici, pour créé une guerre entre le communiste et le capitaliste. Donc pourrais-tu arrêter de rabaisser se qui va devenir les hommes de demain.
Cela est d'autant plus impossible que le communisme et le capitalisme mondial ont des liens intimes qui semblent échappés à la plupart des concitoyens trop désinformés par les mass media.
Le pragmatisme américain a ainsi largement bénéficié de l'égarement inouï des totalitarismes socialistes du XXe siècle, qui ont considérablement affaibli l'Europe. Privée de ses élites mortes à la guerre, elle n'arrive pas à s'en relever. Elle est même dans un état de faiblesse tel, qu'elle pourrait bien sombrer définitivement sous les coups d'un communisme du XXIe siècle, plus redoutable que tous les autres : l'islam. Cette doctrine politique et théocratique, qui fascinait tant Hitler, pourrait bien sonner le glas de l'occident amolli par les guerres et le confort industriel aggravé par le consumérisme. L'Europe est bien partie pour se soumettre à la dhimmitude de nouveaux conquérants qui aimeraient bien prendre leur revanche sur la Reconquista qui les a chassé durablement du continent européen.

Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtrotskiagora.fr-bb.com
MSPI

avatar

Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 27
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Sam 28 Oct - 3:00

et quelle est le rapport entre ce que j'ai dit et ce que tu as dit???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eberhardt

avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 46
Localisation : Québec
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 30 Oct - 1:34

Ce forum est un lieu de débat entre contre-révolutionnaires et révolutionnaires: il n'est donc pas question de paix, mais de guerre des mots. C'est du débat que jaillit la lumière et là il fait noir en taboire... Vive le vrai socialisme d'où naitera le véritable communisme! Ensemble vers la victoire, camarades!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MSPI

avatar

Masculin
Nombre de messages : 80
Age : 27
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 30 Oct - 2:11

Je ne suis pas d,accord avec toi la paix devrait exister partout autant en mot quand geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Faucon Rouge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 107
Age : 43
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   Lun 30 Oct - 2:50

Oui camarades bien dit, ca c'est sage! Mais vous de quel divergeance politique êtes-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le livre noir du communisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le livre noir du communisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le directeur du CHU de Caen démissionne
» maman j'ai peur du noir........
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LCR :: Les doctrines pour les nuls :: Le communisme-
Sauter vers: